Fort-les-Bains

Annexion par la France et construction du Fort

 

La nouvelle petite cité, comme tout notre Roussillon, subit pendant des siècles plusieurs dominations : aragonaise, majorquine, française. Les troupes de Louis XIII prirent Perpignan à la Catalogne en 1642 et l’annexion du Roussillon par la France fut concrétisée par le traité des Pyrénées le 7 novembre 1659 sous Louis XIV.

La tour construite sur le puig fut démolie en 1668 et remplacée par le Fort actuel, œuvre de M. de Saint-Hilaire, améliorée ensuite par Vauban qui appelait dédaigneusement cette position « une gentilhommerie ». Ce petit fort bastionné de 70 à 80 m. de côté pouvait inquiéter un ennemi qui, ayant forcé les passages de Saint-Laurent ou de Prats, aurait pénétré dans la vallée du Tech.

 

Les heures de gloire de Fort-les-Bains

 

Le règne de Louis XIV fut marqué dans notre Province par la création du Conseil Souverain, ayant son siège à Perpignan. La gabelle fut instituée en 1662 mais, en Vallespir, des troubles éclatèrent et les Miquelets tuèrent plusieurs employés et le sous-viguier à Prats-de-Mollo en juillet 1668.

Le comte d’Alberet, Intendant du Roussillon, institua en 1708 une foire hebdomadaire à Amélie pour faciliter l’approvisionnement des soldats de la garnison de Fort-les-Bains et l’Intendant De Saint-Sauveur fit restaurer les Bains d’Arles à la fin du XVIIIème siècle. Après la Révolution, la garnison présente à Fort-les-Bains fit face aux intrusions des troupes espagnoles jusqu’à la signature  de la paix en 1795. Le Fort servira désormais de garnison jusqu’en 1873.