Le développement d'Amélie-les-Bains

Le développement d'Amélie-les-Bains
Agrandir l'image Le développement d'Amélie-les-Bains
Le développement d'Amélie-les-Bains
Agrandir l'image Le développement d'Amélie-les-Bains

Le développement de la ville

 

En 1815, la commune d’Arles-sur-Tech vendit les thermes romains à M. Hermabessière père qui apporta des améliorations en essayant de conserver ce qui restait de l’antiquité. Plus tard, le Docteur Pujade, ex-médecin chef des armées du Premier Empire, acheta des terrains attenants à l’unique source autrefois connue des Romains.

Le Dr. Pujade fit exécuter des fouilles, découvrit 14 sources indépendantes de la source primitive et construisit un établissement thermal près du Mondony en 1840. A la même période, le général de Castellane, qui appréciait le climat et la valeur de nos eaux eu l’idée d’en édifier également un pour soigner les militaires rapatriés à Port-Vendres durant la conquête des colonies. Ce sera « l’Hôpital militaire ».

 

La création de l’Hôpital Thermal des Armées

 

Afin, disait-il, de faciliter la création de l’hôpital militaire, il proposa à Louis-Philippe, Roi des Français, de donner au « lieu des Bains » le nom de son épouse, la Reine Amélie. C’est ainsi que, le 7 avril 1840, Els Banys devint « Amélie-les-Bains ».

La première pierre de l’Hôpital Thermal des Armées fut posée le 3 octobre 1847. Il fut ouvert en 1855 et, en 1860, il fut déclaré permanent. Les eaux sulfureuses d’Amélie étaient donc utilisées pour la cure thermale dans trois établissements distincts : un hôpital militaire, propriété de l’Etat, soumis à la direction des médecins de l’Armée et deux établissements civils sous la surveillance d’un médecin inspecteur civil.